Éric Boudreault, éducateur spécialisé

Éric Boudreault, éducateur spécialisé

J’AI RENCONTRÉ DES COEURS Je l’ai déjà révélé dans le passé, en septembre 1998, quand je suis entré pour la première fois au cœur du vieux Handi A, maintenant Centre [...]

J’AI RENCONTRÉ DES COEURS

Je l’ai déjà révélé dans le passé, en septembre 1998, quand je suis entré pour la première fois au cœur du vieux Handi A, maintenant Centre Signes d’Espoir, dans la cuisine déserte, sans rien connaître de cet organisme, j’ai su, bien mystérieusement, que j’avais trouvé enfin ma voie et ma place ! Le parcours avait été long et laborieux pour arriver jusque là. Au Cégep et à l’Université, j’avais côtoyé maints cerveaux performants, je rencontrerais maintenant des cœurs. J’avais déjà travaillé (et étudié) dans une autre langue que la mienne, en Colombie-Britannique ; cela se poursuivrait encore ici, mais en LSQ cette fois. Auparavant, j’avais caressé le projet de devenir homme de théâtre, biologiste, professeur de français : or, je deviendrais tout cela, à échelle réduite bien sûr! au Centre, où je serais appelé à exploiter, outre ma formation en éducation spécialisée, dans de petits ateliers d’apprentissage, ces autres intérêts et formations. Après toutes ces années où je m’étais occupé de moi, de mon enrichissement intellectuel et psychologique, je m’occuperais enfin des autres, des « petits » et des « non standards », au regard de la société, comme un certain homme convaincant et pertinent nous l’avait demandé il y a de cela deux mille ans. Et la plus grande école de vie que j’aurais la chance de fréquenter sur cette Planète apparemment pas comme les autres, ce serait ici.

En effet, à mes yeux, le Centre Signes d’Espoir est à la fois un milieu et une école de vie. Tous y viennent apprendre des choses. Pour moi, cela a été tout d’abord de connaître et d’accepter les limites des autres tout en connaissant et en acceptant les miennes. Me montrer ouvert et tolérant. Patient, comme la Vie l’a été au cours de sa propre évolution. M’adapter et adapter les choses constamment. Accepter les défis. Développer ma sensibilité à l’égard des grands et petits miracles quotidiens. Et il y en a tellement ! autant à l’intérieur qu’à  l’extérieur de nos murs…  Il suffit d’ouvrir les yeux.

Oui, m’émerveiller devant le grand mystère de la Vie, avec ses  innombrables richesses et ses misères, puis communiquer tout cela à ceux et celles que le Centre me confie chaque jour avec confiance, depuis plus de seize ans. Merci Centre Signes d’Espoir !